en as tu ?

 

Les coeurs, tombés à genoux, foulés aux pieds de la Maldone,

      ont des atouts.

Mais la dame sêche.

 

 

Coeur zébré sachant faire le beau, aime faire des poêmes et l'enfant,

    sur un coeur croisé.

 

 

Un coeur braisé se delasse dans lherbe fraiche d'une rosée de provence. Il soupir les yeux fermés, et dans un rire, s'exclame pour lui même : "J'suis cuit !"

 

 

Au coeur de la lune, un petit prince chantait,

quant il s'éprit d'un veaux (méprisant, édenté),

D'un tauro zélé itou..et puis d'une vache de mer.

Agité qu'il était par tous ces yeux, beaux, vains ... et verts.

Il sut se faire aimer à coup de bottes, de roses, d'amandes amères.

Une grosse américaine leur fit un sanctuaire ;

et entre deux portières le quartet s'affaire.

Car sur cet astre discipliné, les jours qui toussent, se suivent, et se rassemblent au pas.

C'est comme ça

 

 

Les coeurs Bizet sont libres et ne savent pas lire dans les regrets. Ils engeôlent qui les enferme et chantent pour qui veut les taire.

 

 

Un coeur de lion ça baille ...

ça baille ...

... d'ennui ...

 

 

Un coeur néon ça braille ...

ça brille

la nuit  seulement.

 

 

Le coeur de meule n'a pas d'enthame.
Il s'offre à tous à parts égales, accorde au lit sa paire de drames.
On l'aime pas, on s'en régale.

 

 

Le coeur brisé, n'est pas en morceau, non ..... ni en gelée.

Royal, il n'a que dédain pour les petites cuillères secourables :

"Ramasse toi, toi même, eh ..."

Le coeur brisé, ne regarde pas en face, jamais ! ..De peur de surprendre une bouche.

Contrairement à l'autre, là, qui, elle, bonne pâte, n'aime que ça :

"Qu'on la dévore des yeux ... Qu'on y louche".

 

 

Mon coeur rêve. Je prend Médée dans mes draps, la jette :

YAMS !

 

 

Les baisés de coeur ... se plaignent rarement, mais se font rares.

 

 

Dans le coeur biaisé D'un poême sans "R" Un oiseau de lune Et toi là, bleu ciel.. Vous faîtes la belle